La Becque Résidences Calendrier Archives

Prochainement

Festival Images Vevey

05-27.09.2020 – Exposition

11:00-19:00

Malgré les nombreux chamboulements que subit le calendrier culturel 2020, le Festival Images Vevey se tiendra comme prévu du 5 au 27 septembre. Sous le thème « Unexpected. Le hasard […]

Malgré les nombreux chamboulements que subit le calendrier culturel 2020, le Festival Images Vevey se tiendra comme prévu du 5 au 27 septembre. Sous le thème « Unexpected. Le hasard des choses », la biennale d’arts visuels présentera une cinquantaine d’installations photographiques surprenantes dans toute la ville de Vevey et ses environs, en particulier à La Tour-de-Peilz.

La Becque est heureuse de s’associer à l’événement en accueillant les expositions d’Aladin Borioli, successivement récipiendaire des Résidences EXECAL à La Becque en 2019 puis « résident satellite » en 2020, ainsi que de Yann Gross, qui passe l’été 2020 à la résidence pour y poursuivre ses recherches sur les processus de développement photographique à base végétale. Egalement passé par La Becque, Duy Hoàng fait lui aussi partie de la programmation. Son projet Vestigial Structure sera visible au Quai Roussy.

 

 

Aladin Borioli (CH)– RUCHES & AN INTIMACY MACHINE

 

L’intérêt qu’Aladin Borioli cultive pour les ruches lui vient de son grand-père apiculteur. Formé en arts visuels à l’ECAL/Ecole cantonale d’art de Lausanne et en anthropologie à la Freie Universität Berlin, il développe depuis 2014 un vaste corpus composé de photographies, de vidéos, de sons et de matériel ethnographique. À l’occasion du Festival Images, il publie un ouvrage présentant une nouvelle histoire de la ruche à travers des centaines de documents d’archives. Ce glossaire visuel fascinant retrace la diversité des architectures inventées par les humains pour les abeilles sur la période qui va de 2400 avant J.-C. à 1852, date du premier dépôt de brevet de la ruche dite “moderne”.

L’exposition Ruches, présentée à La Forge, illustre la relation millénaire entre l’être humain et les abeilles, nous rappelant le rôle capital de cet insecte dans notre écosystème commun. A La Becque, Aladin présente une seconde exposition, extraite quant à elle de An Intimacy Machine – un projet de recherche au long cours dont notre résidence est l’un des points d’ancrage.

Le cycle Ruches a remporté la Bourse Nestlé du Grand Prix Images Vevey 2019/2020.

 

 

YANN GROSS (CH) & ARGUIÑE ESCANDON (ES) – AYA

 

Pour le projet Aya (mot qui signifie “esprit” en langue quechua), Yann Gross et Arguiñe Escandón suivent les traces du franco-allemand Charles Kroehle, pionnier de la photographie ethnographique du XIXe siècle qui aurait, selon la légende, disparu en Amazonie péruvienne. Utilisant à la fois des images historiques et contemporaines, cette série réalisée au cœur de la jungle propose un dialogue entre la représentation de l’exotisme et les expériences sensorielles que les artistes ont vécu auprès de différentes communautés indigènes. Afin de révéler la jungle par sa propre essence, une partie des tirages ont été réalisés sur place à partir de plantes exotiques aux propriétés photosensibles et médicinales. Le projet est ainsi directement lié aux recherches que Yann Gross continue d’entreprendre à La Becque sur l’utilisation des plantes dans le processus de développement photographique.

La scénographie de Aya à La Becque est réalisée en collaboration avec le bureau RGB Architectes et l’ébénisterie Emanuel Ris à Lausanne.

Avec le généreux soutien de la Ville de Lausanne, la Galerie Wilde, G.A.O Constructions Bois et la Fondation Casino Barrièr

Crédit photo: Aya, Yann Gross & Arguiñe Escandon

Modern Nature, un hommage à Derek Jarman, deuxième partie

25-27.09.2020 – Conférence, Exposition, Projection

Félicia Atkinson, Adrien Chevalley, Anne-Laure Franchette, Dorota Gawęda and Eglė Kulbokaitė, Marie Griesmar, Jailor & Fula, Jean-Yves Le Baron, Jose Cáceres Mardones, Julie Monot, Alessandra Novaga, Florence Peake, Jessy Razafimandimby, […]

Félicia Atkinson, Adrien Chevalley, Anne-Laure Franchette, Dorota Gawęda and Eglė Kulbokaitė, Marie Griesmar, Jailor & Fula, Jean-Yves Le Baron, Jose Cáceres Mardones, Julie Monot, Alessandra Novaga, Florence Peake, Jessy Razafimandimby, Prem Sahib, Rosario Talevi, Time Is Away, Maxine Yolanda.

 

-> PROGRAMME COMPLET!

 

Conçu conjointement par la curatrice bâloise Elise Lammer et La Becque, Modern Nature: hommage à Derek Jarman est un projet long de trois ans qui comprend l’élaboration d’un jardin et un programme artistique inspiré de la vie et de l’œuvre de Derek Jarman. Imaginé spécialement pour Modern Nature, le jardin situé sur le terrain du lac de La Becque est un hommage à celui que Derek Jarman a créé dans son Prospect Cottage. Loin d’en être une copie parfaite, le jardin d’inspiration jarmanienne de La Becque est en réalité une réinterprétation des principes qui ont guidé le réalisateur tout au long de son travail de jardinier, tels que l’inclusion d’espèces locales et indigènes, l’utilisation d’éléments de récupérations pour créer une scénographie, la conception d’arrangements biodynamiques efficaces ou l’aversion pour les murs et les clôtures.

À La Becque, le jardin sert de plateforme pour des interventions d’artistes contemporains suisses et internationaux, qui travaillent dans les domaines de la vidéo, de la sculpture, de la performance et de la musique. À la fin de l’été 2019, une première sélection d’artistes en activité ont été mis en dialogue avec ce qui n’était encore qu’un jardin épars et des archives de recherche plutôt minimales. De personnes ayant travaillé en étroite collaboration avec Derek Jarman à des artistes plus jeunes dont la pratique résonnait fortement avec des thèmes qui lui étaient chers, les liens entre cette cohorte et Jarman étaient quelque peu intuitifs et confirmaient la capacité de son héritage à transcender les générations et les territoires. C’est ainsi que cette première série d’œuvres nouvellement conçues ou adaptées « pour » cette version suisse du Prospect Cottage a vu le jour sous le thème général du « camp ».

Conçu comme un processus ouvert de superpositions qui pourrait évoluer sur plusieurs années, les synergies documentées et non documentées qui prennent forme autour des propositions des artistes et de la flore du jardin confèrent progressivement au jardin son autonomie, incarnant finalement ce que pourrait être une archive vivante.

S’ouvrant les 25, 26 et 27 septembre 2020, le deuxième chapitre de Modern Nature se concentrera sur la notion de « queering nature », dévoilant des sculptures nouvellement produites et exposées dans le jardin, ainsi que des lectures, des projections de films et diverses performances artistiques et musicales. Ce chapitre marquera également la naissance de GARDEN FEELINGS, une nouvelle série d’événements soniques phytophiles conçus par Julie le Gonidec et Philippe Heim, qui visent à concilier écoute collective et environnements naturels.

 

Modern Nature: Hommage à Derek Jarman, deuxième partie est soutenu par la Fondation Casino Barrière, le département des affaires culturelles de la ville de La Tour-de-Peilz et par la Fondation Sandoz.

Crédit photo: Modern Nature, Julien Gremaud (2019)